Chercher un texte Amstramgram

Vous devez vous connecter pour accéder à cette fonctionnalité

Connect Join free

Réveil difficile Public
Nouvelle

C'est dur de se réveiller à quarante ans.
Prendre conscience qu'on n'a rien fait de sa vie, et que l'on ne sait rien faire.
J'errai de bureau de placement en centre d'aide sociale depuis cinq années. Partout, on me donnait les mêmes réponses: ''Vous êtes trop qualifié pour ce poste, mais vous devriez rapidement trouver avec votre profil''.

Maintenant, on me donne du ''Vous êtes trop expérimenté pour notre client'', autrement dit, vous êtes trop vieux. Trop rigide, trop con!

Ma chance est de vivre seul. Pas de famille, pas de femme, pas d'enfant à soutenir. Pas de contrainte. la liberté quoi.
Je squatte chez des potes qui prétendent m'envier.
- ''Tu as de la chance! Aucune contrainte! Tu bosses quand tu as besoin d'argent, et le reste du temps, tu peux en profiter!''
En effet, le reste du temps, j'en profite pour m'ennuyer. Quand tu n'as pas d'argent, tu es près de tes sous, que tu n'as pas, et tu y réfléchis à deux fois avant de te payer un cinoche comme quand tu étais étudiant et que tu vidais les comptes de tes parents! 

Franchement, tu vois tes potes qui se la racontent sur les réseaux sociaux. Ils s'affichent avec des étiquettes en acronymes anglo-saxons, CEO de machin chose, CIO machin bidule! Moi, le dernier CIO que j'ai écouté, c'était mon conseiller d'information et d'orientation au collège, et on voit où cela m'a mené. Je les envie tous, mais pour rien au monde je n'échangerais nos places.
Je n'aime pas ma vie, je n'aime pas ce que je suis devenu, mais c'est ce que je suis et ce que je fais le mieux. Qu'est-ce que je ferais à leur place? Que ferais-je de tout cet argent qui leur pourrit les mains et la conscience ? Car soyons honnête, aucun profit, aucun succès personnel ne se fait pas au détriment de quelqu'un, voire de millions d'inconnus. Mon copain qui touche sa prime pour avoir obtenu le contrat du siècle sur la prospection pétrolière en Alaska. Il a du pognon, il a des loisirs. Il se la raconte en société. Mais les âmes des indiens sacrifiés, des terres sacrées de leurs ancêtres viendront vite peser sur sa conscience, non? Ou alors, c'est qu'il n'en a pas et je le plains.
Mon pote, avec ses 7 enfants. Pas moyen de profiter du calme 5 minutes. Une armée de chiards qui te pourrissent la vie, et la responsabilité de leur avenir sur une terre que ton autre pote pourrit pour quelques dollars de plus! Leur mentir pendant toute leur enfance en leur faisant croire que l'avenir est radieux, alors que ce n'est qu'une galère sur laquelle survivent les meilleurs rameurs... ou les tire au flanc les plus rusés comme son pote squatteur.
Et celui là enfin, avec son bel appartement, qui doit subir nuit et jour la présence d'un parasite paresseux qui n'aide même pas aux tâches ménagères? S'il le vire, il aura sa décrépitude au bas de sa rue sur la conscience. S'il l'héberge, il perdra sa copine canon...

Vraiment, pour rien au monde je n'échangerais nos places. Je préfère rester à la mienne, et imaginer que je vaux mieux que ce que j'imagine. Pas facile!

Ca doit être ça la crise de la quarantaine, une sorte de préparation à l'andropause ou à la ménopause selon que l'on soit un homme ou une femme... ou les deux.

Allez! Il reste du brandy dans le bar de mon pote, je vais l'aider pour une fois! Ca! Pour vider les bouteilles et les frigidaires, on ne pourra jamais dire que je ne suis d'aucune aide!

Comments

Aucun commentaire trouvé.

Add a comment
Open/close
Attention! Votre commentaire ne sera visible qu'après modération.

Add a comment
This name will be displayed in the comment.
This data is mandatory. You must fill it with the string contained in the picture beneath.

Contact usNos auteursGeneral Terms and Conditions of UsePlan du site Suivez-nous

©L'écrivin